Bâches publicitaires, une honte pour Paris ! 

Pour plus d'informations, voir l'étude de R.A.P. sur l'invasion de l'espace public par les baches publicitaires.


Signez la pétition !

Déjà 57 signatures. Objectif : 300

A l’attention de Françoise Nyssen, Ministre de la Culture

 

Madame la ministre,

Des publicités monumentales ont littéralement envahi et pollué un des sites les plus visités au monde pour sa beauté et sa valeur patrimoniale. Le premier et le plus violent message que reçoivent maintenant et auquel ne peuvent échapper Parisiens, visiteurs, touristes, flâneurs, rêveurs, usagers réguliers ou occasionnels des bateaux touristiques ou des batobus, est qu'ils sont d'abord et avant tout réduits à l'état de cibles commerciales. Cette situation est encore plus scandaleuse la nuit en raison de l'éclairage qui rend éblouissante la publicité et invisible tout ce qui est extérieur aux bâches. 

Voilà qui constitue une véritable honte pour Paris.

C’est à bon droit que des professionnels du tourisme ressentent un sentiment de honte à l’égard des voyageurs de bateaux à passagers. Les touristes venus à Paris ne s’attendent pas devoir admirer autour des quais de Seine, site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, des marques d’opérateur téléphonique, de concessionnaires automobiles ou de vêtements. Les touristes qui font l’honneur de visiter notre pays doivent être respectés et non considérés comme de vulgaires cibles publicitaires pour les grandes marques multinationales

Ce sont des rêveries innombrables, une culture historique, des émotions esthétiques, des aspirations et des inspirations poétiques, une dimension essentielle de l'être humain que ces bâches anéantissent.

Il faut retirer ces bâches publicitaires qui enlaidissent les plus belles vues, foulent plusieurs décennies de mobilisation contre la pollution de nos paysages et contredisent l’esprit de la loi même.

La contribution des grands groupes au financement de la réhabilitation des Monuments Historiques ne doit en aucun cas avoir pour contrepartie le droit de les défigurer. Si plusieurs de ces grands groupes ne pratiquaient pas l'évasion fiscale, c'est une somme beaucoup plus importante que les recettes de ces bâches qui rentreraient dans les caisses de l'Etat pour rénover ce Patrimoine sans qu'il ait à consentir. 

Pour toutes ces raisons, je vous demande d’engager dès maintenant un plan de retrait de ces bâches en faisant abroger l’article L 621-29-8 du code du patrimoine. Et d’ores et déjà , a minima, de modifier l’article R 621-90, et plus particulièrement la disposition concernant « la surface consacrée à l’affichage » et remplacer « 50 % de la surface totale de la bâche de support » par « 8 m² .