Interdisons les écrans publicitaires à Troyes


Signez la pétition !

Déjà 57 signatures. Objectif : 300

Vos données resteront strictement confidentielles et ne seront ni vendues ni échangées.

 

Pétition adressée à François Baroin et à l'ensemble des élus du Conseil Municipal de Troyes dans le cadre du projet de Règlement Local de Publicité de Troyes.

 

Jusqu'à présent, la ville de Troyes était relativement protégée de la publicité vidéo, avec seulement quelques panneaux sur la commune. Mais le secteur du numérique est en pleine expansion et il est évident que les dispositifs sont amenés à fleurir dans les années à venir.

Or, l'affichage numérique constitue une triple pollution :

•      Pollution visuelle et lumineuse: les écrans numériques sont une source de danger pour la sécurité routière, détournant l’attention des automobilistes. Ils participent à l’augmentation de la pollution lumineuse qui a des impacts négatifs sur la faune, la flore ainsi que sur les humains, en créant des troubles du sommeil. Ils sont incompatibles avec une réelle protection du patrimoine architectural troyen.

•      Pollution énergétique et écologique : avec ces écrans, les publicitaires poursuivent un gaspillage énergétique sans précédent, assèchent les dernières gouttes de matières premières, rejettent toujours plus de gaz à effet de serre dans l’atmosphère... et pèsent dans la création de nouveaux déchets radioactifs, déchets trop bien connus dans l'Aube.

•      Pollution cognitive et mentale : ces dispositifs, auxquels il est quasi-impossible d’échapper, nous imposent des messages aux images et aux normes agressives et néfastes. De plus, ils contribuent à une banalisation des écrans auprès des enfants, alors qu'ils sont considérés comme dangereux pour les plus jeunes, avec un impact sur leur développement.

 

Avec son nouveau RLP, la ville de Troyes prétend "maîtriser l'essor des nouveaux modes de communication publicitaires", et pourtant le nouveau texte laisse la porte grand ouverte à de nouveaux écrans numériques : dérogation pour les autoriser en zones protégées pour le patrimoine, aucune interdiction ni même limitation sur mobiliers urbains (y compris à côté des monuments historiques), toujours aucun critère technique pour limiter l'éblouissement, règles de densité trop permissives...

 

A l'heure de l'enquête publique, il est encore possible d'améliorer le texte.

C'est pourquoi nous demandons à la ville de Troyes d'inscrire dans le nouveau RLP l'interdiction des écrans publicitaires sur son territoire.