Stop à l'invasion des publicités numériques

Signer la pétition pour l'interdiction des publicités numériques dans l’Eurométropole de Strasbourg.

Clôture de la pétition au 31 décembre 2019.

Pétition avec paliers, objectif final : 3000 signatures pour exiger que l’interdiction de la publicité numérique soit débattue et soumise au vote de la prochaine séance du Conseil de l’Eurométropole.


Signez la pétition !

Déjà 722 signatures. Objectif : 1200

Vos données resteront strictement confidentielles et ne seront ni vendues ni échangées. Des informations sur cette campagne ainsi que d’autres actualités sur RAP Strasbourg vous seront envoyées si vous avez coché la case. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Pour l'interdiction des publicités numériques dans l'Eurométropole de Strasbourg

 

Le nouveau Règlement Local de Publicité intercommunal (RLPi) de l’Eurométropole de Strasbourg, approuvé le 28 juin 2019, prévoit la mise en place de publicités numériques* sur l’ensemble du territoire dont des écrans vidéos dans le centre-ville de Strasbourg.

 

L’Eurométropole justifie l’implantation de la publicité numérique sur les abris voyageurs (bus / tram) en ces termes : « Ce type de mobilier urbain [numérique] peut présenter des vidéos au lieu de se limiter à des images fixes pour donner une image dynamique et moderne de la ville de Strasbourg. » 

 

Considérant que la publicité numérique va à l’encontre de la préservation de l’environnement, de notre cadre de vie, de la valorisation des activités locales et de la lutte contre les inégalités, autant de sujets sur lesquels l’Eurométropole se veut par ailleurs être exemplaire (Plan Climat 2030, Objectif Zéro Déchet, candidature au titre de capitale verte européenne, etc.), Résistance à l’Agression Publicitaire Strasbourg lance une pétition pour son interdiction pure et simple.

 

De plus, suite à notre questionnaire de consultation, réalisé au moment de l’enquête publique sur le RLPi, 96,6 % des participant·e·s étaient défavorables ou très défavorables aux écrans numériques allant jusqu’à 8 m², et 91,3 % s’opposaient aux panneaux numériques de 2 m² à images fixes (résultats ici).

 

Nos propres arguments en faveur de cette interdiction se résument en 7 points, exposés ci-dessous.

 

 

Affichages imposés, éblouissants et animés

 

Nous recevons en moyenne entre 1200 et 2200 messages publicitaires par jour. Avec l’installation d’écrans numériques, ce matraquage s’amplifie encore. Plus agressive que les affichages papiers, avec sa luminosité et ses images en mouvement, la publicité numérique s’impose au regard en captant l’attention et va à l’encontre de la liberté de réception des citoyens.

 

 

Gaspillage de ressources et impact sur l’environnement (en contradiction avec les engagements de la ville de Strasbourg cf page 66, ODD13)

  

La consommation énergétique de ces écrans amène un surplus de consommation et un gaspillage énergétique. Un panneau avec une face numérique consomme 7 fois plus que le plus énergivore des mobiliers non numériques, soit entre 6 800 et 12600 Kwh/an. Comment justifier une telle contradiction dans le contexte du réchauffement climatique et des engagements pris par la municipalité pour « mettre en œuvre le Plan Climat 2030 qui prévoit de : réduire les GES de 40%, diminuer la consommation d’énergie de 30% et disposer de 40% d’énergies renouvelables » ?

Par ailleurs, pour être fabriqués, ces écrans requièrent de l’énergie mais aussi des matériaux qui sont limités et dont l’extraction se fait souvent au mépris de l’environnement et de la santé des personnes vivant sur place.

En plus de la pollution induite par la consommation électrique et la fabrication des dispositifs, la publicité lumineuse dans l’espace public est nocive pour la biodiversité.

 

Fatigue et stress

 

Dans la recherche en sciences cognitives, les écrans sont considérés en partie responsables de surcharges. L’industrie publicitaire étant basée sur l’économie de l’attention, elle l’attire par tous les moyens et joue sur nos automatismes. Selon plusieurs scientifiques, « cette technologie exploite le fait que toute image en mouvement dans la périphérie du champ visuel capture automatiquement l’attention de l’individu. Cette réaction automatique, héritage de notre évolution au cours de laquelle le danger pouvait surgir sans prévenir, s’accompagne d’une augmentation du niveau d’alerte et de stress qui favorise la mémorisation du message. [...] Dans un espace public saturé de technologies, l’attention s’épuise. »

 

Banalisation des écrans et effets sur les enfants

 

Nous passons déjà beaucoup de temps devant les écrans, chez nous et au travail. En 2013, le nombre d’écrans en moyenne par foyer était déjà de 6,5. L’installation de nombreux écrans publicitaires dans l’espace et les transports publics participe à leur banalisation alors même que selon des médecins et spécialistes, « la surexposition des jeunes enfants aux écrans est un enjeu majeur de santé publique » car ils sont considérés comme dangereux en particulier pour les enfants de 0 à 4 ans, avec un impact retardant leur développement.

 

Par ailleurs, la publicité a été supprimée des programmes jeunesse de la télévision publique pour la forte influence qu’elle exerce sur les enfants. En cohérence, les publicités numériques ne devraient pas être imposées aux enfants, que ce soit dans la rue ou dans les transports publics.

 

Intrusion dans la vie privée et ciblage

 

Les écrans étant numériques et connectés, il est facile et peu coûteux d’y ajouter des capteurs, comme par exemple des caméras ou des capteurs Wi-Fi. Avec eux, il est possible de relever nos déplacements en ville, si l’on regarde la publicité et pendant combien de temps, notre origine ethnique, notre sexe, notre âge, etc. Ces données peuvent ensuite être transmises à l’afficheur et revendues, favorisant la publicité ciblée. Si la loi interdit l’utilisation de ces capteurs dans certains cas de figure, nous sommes déjà suivi·e·s à la trace.

 

Dangereux pour la circulation

  

Du fait de leur caractère dynamique, les publicités numériques attirent le regard des usager·ère·s, les déconcentrent et constituent un risque d’accident. Aux États Unis, où ces dispositifs ont été développés, une étude de 2015 révèle que l’affichage numérique sur les autoroutes en Floride et en Alabama fait état de taux d’accidents significativement plus élevés.

Par conséquent, les écrans publicitaires sont par exemple interdits en bords de route en Belgique pour le danger qu’ils représentent pour les conducteurs. En France, si le portable est interdit sur la route pour ne pas rendre inattentif·ve, on peut légitimement s’interroger de l’impact de la publicité numérique sur la sécurité des usager·ère·s.

 

 

*Pour rappel, les publicités numériques du nouveau RLPi Strasbourgeois comprennent :

 

- les enseignes numériques en zones commerciales (allant jusqu’à 8 m²) ;

- les panneaux et écrans (de 2,1 m² maximum dans les communes de plus de 10 000 habitant·e·s) à images fixes (sur mobilier urbain ou aux abords de certaines voies structurantes de l’Eurométropole à l’exception des autoroutes) ou vidéos (dans la Grande Île de Strasbourg).

  

Cette pétition reprend les points développés par la campagne nationale Stop Pub Vidéo.

 

Les paliers de signature

 

  • 1er palier : 566 signatures. Comme la quantité moyenne minimum de Kwh que consomme un panneau numérique par mois, contre 391 Kwh pour un ménage .

  • 2ème palier : 1 200 signatures. Comme en moyenne, le nombre minimum de messages publicitaires que vous voyez par jour

  • 3ème palier : 2 800 signatures. Si les pétitions citoyennes sur le site de l'Eurométropole de Strasbourg étaient encore actives avant les municipales et que notre pétition y était publiée, « dans ce cas, [avec 2800 signatures,] après vérification et instruction par les services de la Ville, si la pétition est valide, elle est transmise au Maire qui pourra l'inscrire à l'ordre du jour d'une séance du Conseil municipal. Selon le contenu de la pétition, celle-ci pourra donner lieu à un simple débat sans vote du Conseil, à un vote du Conseil ou à un vote dans le cadre d'un vœu. »

  • Objectif : 3 000 signatures. RAP Strasbourg exige que la pétition soit inscrite à l'ordre du jour de la prochaine séance du Conseil de l’Eurométropole et que l'interdiction des publicités numériques dans le RLPi soit débattue et soumise au vote.

  • Et si on allait au-delà… Palier 3 619 signatures : Comme peu ou prou les 3 milliards 619 millions d'euros de chiffre d'affaires de JCDecaux en 2018, une nouvelle année record.