Écrans publicitaires dans le métro : TROP, C’EST TROP !

Madame Catherine Guillouard, présidente-directrice générale de la RATP,  nous vous demandons l’arrêt de ce déploiement et le retrait des écrans déjà présents.


Signez la pétition !

Déjà 1299 signatures. Objectif : 1500

Vos données resteront strictement confidentielles et ne seront ni vendues, ni données, ni échangées avec des organisations tierces. Des informations à propos de cette campagne ainsi que d'autres actualités du groupe local de R.A.P Paris vous seront envoyées si vous cochez cette case. Vous pourrez vous désabonner à tout moment.

https://antipub.org/wp-content/uploads/2019/04/P_20190416_130714_2-BD.jpg
La RATP se prépare à mettre en place encore plus d’écrans numériques dans le métro. Dans un nouvel appel d'offres pour la gestion des espaces publicitaires (fermé le 10 avril), la part de publicité numérique est vouée à exploser, passant de 1 à 30 %, si ce n’est plus. Madame Catherine Guillouard,  présidente-directrice générale de la RATP,  nous vous demandons l’arrêt de ce déploiement et le retrait des écrans déjà présents.
 
LA RATP vient d’ouvrir un appel d’offre pour l’exploitation des panneaux publicitaires numériques dans le métro. Cela signifie que ces écrans, qui envahissent les transports en commun depuis 2010, vont se multiplier. 
Agressifs, énergivores, omniprésents, ces écrans seront jusqu’à 8 par quai, sans compter ceux qui envahiront les couloirs, les gares, l’intérieur des rames…  Impossible désormais de ne pas être soumis·e quotidiennement à l’agression publicitaire :  1000 à 2000 annonces par jour.
 
Parce qu’ils sont animés et lumineux, ces écrans captent immédiatement notre attention, rendant encore plus impossible d’éviter leurs messages.
 
Parce qu’il s’agit d’équipements électroniques complexes, ils dépensent inutilement une grande quantité d’électricité, génèrent des déchets non recyclables et sont produits avec des minerais et métaux rares. Cette surconsommation est insoutenable dans le contexte d'urgence écologique que nous vivons, et incompatibles avec une transition énergétique durable.
 
Parce qu’ils sont omniprésents et contiennent parfois des capteurs d’audience, il s’agit de dispositifs liberticides, produisant et commercialisant des données au sujet des usager·e·s sans leur consentement, souvent  à leur insu.
 
Le métro est un espace utilisé quotidiennement par des centaines de milliers de francilien.ne.s qui n’ont parfois pas d’autre choix pour se déplacer. Il est urgent qu’il soit traité comme un véritable espace public, mettant à disposition un mobilier confortable, accessible et libre de toute forme d’exploitation de notre attention, de notre regard, de nos désirs. De plus, beaucoup de gens favorisent les transports en commun pour des raisons écologiques. Cela n’a pas de sens d’en faire des lieux d’appel à la surconsommation !
 
Pour toutes ces raisons, nous vous demandons l’arrêt du déploiement des écrans et le retrait de ceux déjà présents. Comme le montrent les résultats de la consultation publique de la RATP de fin 2016 les usager.e.s sont opposé.e.s à la présence des écrans numériques dans le métro. Cette consultation doit être prise en compte.